Mal très fréquent survenant généralement après une torsion inopinée et violente de la cheville, l’entorse va toucher un grand nombre de personnes. Elle consiste en un étirement inadéquat ou une déchirure d’un ou de plusieurs ligaments qui maintiennent l’articulation de la cheville. S’il s’agit d’une pathologie plutôt fréquente, elle reste pourtant souvent mal soignée, car peu prise au sérieux. Elle nécessite néanmoins une prise en charge sérieuse et adaptée sans quoi elle peut laisser des séquelles sur le long terme qui peuvent se révéler handicapantes aussi il est important de consulter lors de sa survenue afin de bénéficier du traitement adéquat et de le suivre soigneusement jusqu’au bout.

Qu’est-ce qu’une entorse ?

L’entorse peut survenir aussi bien dans la vie quotidienne lors d’un faux mouvement ou d’une chute que dans le cadre d’une pratique sportive, un ou plusieurs ligaments sont alors plus ou moins touchés c’est-à-dire les « câbles » reliant les deux os constituant l’articulation de la cheville. Généralement, c’est le ligament externe qui se retrouve en souffrance suite à une torsion violente vers le bas et l’intérieur du pied, mais les autres ligaments peuvent également être atteints à différents degrés. Selon la gravité de cette atteinte, les entorses sont classées en plusieurs catégories : légères, moyennes, sévères. L’entorse légère ou bénigne, aussi appelée foulure, consiste en un étirement d’un des trois faisceaux composant un ligament. L’entorse moyenne va quant à elle être la conséquence de l’étirement des deux ligaments voire d’une déchirure légère du ligament interne ou externe. Lorsque la déchirure est importante et qu’elle concerne l’un ou les deux ligaments alors l’entorse est qualifiée de sévère. Il convient d’être très attentif lors de la survenue d’une torsion brutale de la cheville, car la douleur n’est pas toujours équivalente à la sévérité de la lésion. De plus, elle peut apparaître bien après alors que la cheville a refroidi de même qu’un œdème. Évidemment, si un craquement est perçu lors du traumatisme, il y a peu de doute quant à la présence d’une entorse, il est alors plus que recommandé de consulter au plus tôt.

Le traitement de l’entorse

La prise en charge médicale d’une entorse est indispensable, mais va bien évidemment différer en fonction de la gravité de celle-ci. Lors de la survenue d’une torsion douloureuse de la cheville, il est toujours recommandé de consulter rapidement afin qu’un médecin puisse diagnostiquer l’entorse si elle est survenue et en évaluer rapidement la gravité afin de prendre les mesures nécessaires au plus tôt. Une entorse légère va généralement être traitée par un simple soutien temporaire obtenu à l’aide d’une attelle souple ou d’un strapping afin d’éviter les mouvements latéraux et de permettre au ligament de récupérer sans être sollicité, mais la marche est tout à fait possible. En cas d’entorse moyenne, le même traitement va être appliqué, mais parfois plus contraignant, cela dépendra de l’atteinte. Cela peut aussi s’accompagner d’autres mesures comme la surélévation de la cheville, une compression pour réduire l’œdème et le glaçage de l’articulation. Un traitement médicamenteux peut également être prescrit souvent à base d’anti-inflammatoires et d’antalgiques pour limiter la douleur. Enfin une entorse sévère va parfois nécessiter un plâtre et l’immobilisation de l’articulation pendant un certain temps par la suite. Selon le type d’entorse, il peut aussi être parfois indiqué de recourir à une rééducation précoce pour réduire l’œdème et les douleurs, mais aussi après le traitement et avant la reprise d’activité pour éviter les séquelles comme la raideur de la cheville et pour prévenir les risques de récidives. La rééducation est prescrite par le médecin s’il l’estime nécessaire et sera effectuée chez un kinésithérapeute.